Dans les coulisses de l’histoire des Ateliers et Chantiers du Havre

Par Olivier Boudot

L’histoire des chantiers navals du Havre est une grande épopée humaine, maritime, industrielle et technique. C’est aussi un témoignage de la difficulté pour l’Etat d’affirmer une stratégie cohérente face à l’internationalisation d’un secteur. Aujourd’hui l’industrie navale a pratiquement déserté la France. Au faîte de leur puissance, les Ateliers et chantiers du Havre (ACH) employaient près de 5000 personnes. En quelques extraits, notre blog retrace une aventure qui débute avec la révolution industrielle.

Le livre des ACH est le fruit de deux ans de travail. En 1998, je venais d’achever l’histoire de la fonderie Sainte-Suzanne (FWF) et démarchait les entreprises pour développer Mémoires d’Hommes, Histoires d’Entreprises. Assisté par Arnaud de la Roulière, photographe et concepteur de la charte graphique de la collection, nous travaillions à partir d’un fichier de PME que nous contactions directement en fonction de leur durée d’existence. Enthousiastes nous avions régulièrement au téléphone des responsables d’entreprises, issus souvent de la famille du fondateur. L’accueil était chaleureux. Par contre, « transformer l’essai » était plus problématique : le manque de temps, l’émergence de nouveaux acteurs décisionnels avec le développement des directions de la communication, des changements d’actionnaire, etc. furent autant de freins à la concrétisation de projets.

Dans l’antichambre de l’une des entreprises en questions, je lus un article d’un journal économique sur les Ateliers et chantiers du Havre, alors en pleine tourmente. Plus je lisais, moins je comprenais ce qui s’était réellement passé. L’Etat, des industriels, des salariés, des syndicalistes, l’Europe : un maelström d’informations contradictoires renforçait le sentiment d’opacité. J’avais déjà l’idée que des livres d’entreprises pouvaient s’inscrire dans une stratégie de valorisation territoriale. Des groupes tels que les ACH étaient constitutifs d’une identité passée en même temps que leur évolution posait la question de la reconversion et de la transformation. Je décidai de me rendre sur place. J’ai appelé la mairie qui me renvoya vers le chantier. Un jour de printemps, Arnaud et moi avons pris le train pour Le Havre. C’était la première fois que nous nous rendions dans cette ville…

Centrale Thermique EDF au Havre

Mots-clef: , , , , , , , ,

Un commentaire to “Dans les coulisses de l’histoire des Ateliers et Chantiers du Havre”

  1. Ebran Maurice

    Bonjour,
    J’ai travailler au ACH de 1975 a 1979 , j’en garde un tres bon souvenir. aujourd’hui j’aurais besoin d’un certificat de travaille que je n’ai plus, je ne sais pas ou m’adresser pour cela, si vous pouviez me renseigner se serai sympas.

    Avec tous mes remerciement cordialement M.EBRAN

    #68

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: