Quelques mots sur le groupe américain Holland Hitch, partenaire des AFE

Par Olivier Boudot

Avant de s’appeler Holland Hitch, l’entreprise, née en 1910, avait pour nom la Safety Release Clevis Company. S’intéressant aux systèmes d’accouplement, trois jeunes gens, Gerrit den Besten, Albert Hulsebos et Henri Ketel, mirent au point dans l’arrière boutique du magasin de musique d’Hulsebos un système d’attelage très astucieux : souple, il se détachait en cas de choc évitant à la fois le versement de la charrue et la blessure du cheval. Malheureusement pour eux, au sortir de la première guerre mondiale, l’essor du camion porta un coup fatal à la traction animale. Loin de se décourager l’équipe déménagea dans le Michigan, berceau de l’automobile, et, plus précisément, dans les locaux d’une grande brasserie de Holland. Ils se fondirent dans les valeurs de cette ville moyenne, communauté fondée en 1847 par un pasteur hollandais, et donnèrent à leur entreprise le nom de Holland Hitch. Mise en faillite en 1935 par la Grande Dépression, Holland Hitch fut relancée par l’un des trois fondateurs, Henri Ketel. Désormais associé à Henry Geerds, un homme d’affaires de Holland, H. Ketel poursuit ses inventions et développe différents modèles de sellettes d’attelage. Un épisode inédit ouvre des perspectives intéressantes à la firme : fondateur de la garde civile de Holland, Henry Geerds a aidé en 1937 à rétablir l’ordre dans les usines en grève de General Motors. Reconnaissante, la firme automobile favorise l’obtention en 1940 d’un contrat de crochets d’attelage entre Holland Hitch et l’armée américaine. Mais le véritable décollage aura lieu en 1949, après la mise sur le marché d’un nouveau crochet d’attelage. Au début des années 1980, la production de Holland Hitch, leader mondial, surpasse de 40% celle de son concurrent le plus proche, l’Allemand Jost et de 80%, celle de l’Américain Fontaine, le N° 3. Comme souvent dans l’industrie, chaque groupe a opté pour un type de production spécifique. Les sellettes fabriquées par Holland Hitch sont en acier moulé ; celles de Jost en fonte GS (à graphite sphéroïdal) ; Fontaine a opté pour le mécanosoudé. De quoi donner du travail à leurs départements marketing respectifs !

Extraits de “l’Amérique sur un Plateau”, collection Mémoires d’Hommes, Histoires d’Entreprises

 

fwf_dsc_1517

Mots-clef: , ,

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: