Aux portes de la mémoire / 1ère partie

Par Olivier Boudot

Préliminaire : Cet article est extrait d’un entretien avec l’historien Daniel Lefeuvre. Le but : explorer les portes ouvertes par l’exploitation des archives, au-delà de l’histoire sociale et économique.

Pendant longtemps, l’histoire économique était une histoire de branches. C’était une histoire plutôt dense, ressemblant volontiers au travail d’un Labrousse au début du siècle, s’attachant à des secteurs lourds comme la sidérurgie, la banque, les chemins de fer, etc. L’acteur était la branche : l’entreprise était absente. Il n’y avait aucun intérêt pour les entreprises produisant des biens de consommation. Cela a changé vers 1970/1980 pour plusieurs raisons. En premier lieu, l’entreprise commence à être réhabilitée dans la sphère publique, et, ainsi, à devenir un objet d’histoire. Parallèlement, il s’est produit avec la fusion de Saint-Gobain et de Pont-à-Mousson (1970), un événement très inédit : la petite entreprise prenait les rênes de la grande, ce qui posait des questions en terme de management. Comment marier une entreprise datant de Colbert et un fabricant de tuyaux ? Le président a décidé alors  de faire réfléchir et de créer un centre d’archives, dont il a confié la direction à un chartiste (à suivre…)

Mots-clef: , , ,

Un commentaire to “Aux portes de la mémoire / 1ère partie”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Sylvie Tissot. Sylvie Tissot said: RT @MemoiresDHommes: Nouvel article: Aux portes de la mémoire / 1ère partie http://cli.gs/nB6nz [...]

    #65

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: