Le groupe Labruyère, quelques morceaux d’une histoire d’entreprise

Par Olivier Boudot

Dans les années 1920, Edmond Labruyère, fils de Jean-Marie, après avoir commencé commis chez son père, s’est associé avec un ami pour développer la petite affaire. les deux hommes et leurs employés parcourent la Saône et Loire et les départements proches, visitant les milliers d’épiciers qu’ils approvisionnent à partir de leur dépôt. Ils fournissent également des produits pétroliers sur un marché en forte mutation : depuis quelques années l’essence l’emporte en volume sur le pétrole lampant dont les bidons ont si longtemps permis d’éclairer les campagnes avant que le gaz et l’électricité ne le remplacent progressivement.  Dès 1920, le marché de l’essence est qualifié de mondial. A coups de lois, raffineurs et distributeurs se disputent le gâteau. La jeune Royal Dutch défie l’omnipotente Standard Oil. Et si les pompes sont de plus en plus nombreuses aux USA, ailleurs, l’approvisionnement se fait toujours en bidons, par tirage dans des citernes qui permettent le stockage.

2 commentaires to “Le groupe Labruyère, quelques morceaux d’une histoire d’entreprise”

  1. Bonnetain Marc

    Bonjour,

    Président du club cartophile mâconnais, je suis aussi correspondant du Journal de Saône-et-Loire à Mâcon où je rédige une cinquantaine de papiers culturels par mois: jazz, vernissages, conférences, archéologie, histoire locale, dédicace et sortie de bouquins…
    Si vous avez édité un ouvrage sur Labruyère, n’hésitez pas à m’indiquer les éléments le concernant pour que je puisse en faire la PUB dans le JSL. La bruyère est un thème qui intéresse beaucoup les mâconnais.
    Cordialement

    Marc Bonnetain

    #90
  2. Bonjour Monsieur,

    Pardonnez ma réponse tardive, j’ai beaucoup travaillé sur un projet d’ouvrage et je croyais que je recevais des “avertissements” lorsque j’avais des messages sur mon blog ; j’ai effectivement publié un ouvrage sur les Labruyère mais, malheureusement, à usage tout à fait interne pour la famille.
    Je reste à votre disposition et vous prie de bien agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs
    Olivier Boudot

    #97

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: