Histoires d’entreprises en sous-sol - le musée Amora

Par Olivier Boudot

Sous la houlette d’une équipe constituée dans les années 1990, la marque de moutarde dijonnaise a érigé un musée en l’honneur de son histoire. Ce musée, implanté dans les sous-sols des locaux du quai Nicolas-Rolin, aujourd’hui fermés, fut apprécié par la population dijonnaise qui s’y rendait avec plaisir. L’histoire de l’entreprise suscite un engouement d’autant plus prononcé qu’elle puise sa lisibilité dans des territoires connus. Qui, ici, n’a pas eu un parent, un ami qui n’ait travaillé chez Amora ? Et lorsque ce n’est pas le cas, la renommée de la marque renvoie chacun à une fierté partagée, à ces traditions restituées avec goût par les pièces du musée. Les documents qui étaient présentés étaient un véritable miroir de l’ingéniosité humaine, de l’esprit d’entreprise. En y ajoutant, si l’on peut dire, le sel d’anecdotes savoureuses, tous les ingrédients étaient présents pour que ce lieu, par ailleurs fort modeste, rencontre un succès mérité.

Mots-clef: , , , ,

Un commentaire to “Histoires d’entreprises en sous-sol - le musée Amora”

  1. Bessede Haguenier

    Mon grand père était Gaston Bessede et ma grand mère Henriette,ils ont été des collaborateurs
    d’Armand Bizouard et mon père a passé une partie de son enfance à jouer dans la cour de l’usine.
    Il est maintenant décédé et c’est aujourd’hui qu’avec un réel plaisir je souhaité me rendre au musée
    que je constate sa fermeture,j’en suis bien navré.
    Mes grands parents avaient à l’époque une propriété à Tarsule.
    Je ne connaît pas la région et c’était un bon prétexte pour y remédier,dommage..

    Que son devenu tous les objets du musée?
    Peut être un jour vous lire.

    Bien cordialement.

    Chantal Bessede Haguenier

    #99

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: