Ecrire une histoire d’entreprise 4-Laurent Schiaffino trahit-il son ami ?

Par Olivier Boudot

Rue de Miromesnil, dans l’appartement où Henri de Clermont-Tonnerre, gendre de Laurent Schiaffino se rendait chaque jour, la vierge de Notre-Dame-d’Afrique, du nom de la cathédrale d’Alger, sculpture en bois polychrome, suggérait le passé glorieux de l’entreprise. Au faîte de sa puissance, le dernier des Schiaffino était l’un des trois hommes les plus puissants de l’Algérie. Secret, austère il était, comme ses pères avant lui marin et sauveteur. Dans la basilique dominant Alger, combien de messes données pour les marins disparus, dont ceux qui ont péri pendant la guerre ? Laurent Schiaffino y assiste. L’armateur est un homme secret, mystérieux qui, à l’époque dominait le jeu complexe des “conférences”, ententes tacites, toujours renouvelées pour être mieux brisées : un jeu de dupes se pratiquant à “fleurets mouchetés”. Dans les mètres cubes d’archives, les journaux de bord, les courriers, je cherche à savoir s’il a trahi l’ami de son père pendant la guerre pour s’enrichir ? Mais, aucun de tous les documents que je parcours n’apporte la réponse.

Mots-clef: , ,

Un commentaire to “Ecrire une histoire d’entreprise 4-Laurent Schiaffino trahit-il son ami ?”

  1. Bonjour et tous mes voeux pour 2015 !
    Bien sûr que j’en ai parlé à Henri de Clermont-Tonnerre. Mais sur le point précis concernant Théodore Ansbacher, je ne sais plus si je ‘avais déjà indiqué mais j’ai trouvé trace de la dénonciation, de manière très cruelle, dans le cercle familial de M. Ansbacher (mari d’une petite-fille). En revanche, je n’ai jamais rien trouvé permettant de remettre en doute la loyauté de Laurent Schiaffino. Sinon, qu”est-ce qui vous déconcertait le plus concernant cette période ? La volonté de l’armateur de continuer à tout prix à faire naviguer sa flotte ? Autre chose ?
    Sincèrement, Olivier Boudot

    #180

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: