Des champions cachés, Safe

Par Olivier Boudot

En 2012, le groupe AFE a changé de nom pour s’appeler SAFE, l’esprit industriel. L’esprit industriel évoque le côté français. SAFE caractérise l’internationalisation : il y a une vingtaine d’années sur 17 fonderies, 12 se trouvaient en France. En 2013, il y a au moins autant de fonderies, mais le rapport s’est inversé : 5 en France, une douzaine à l’étranger. Ce mouvement, et cela mérite d’être souligné, s’est effectué sans aucune délocalisation : accompagnant ses clients dans le monde ou saisissant des opportunités, le groupe a pris acte de l’extension de ses marchés en répliquant ses usines françaises pour fournir de nouvelles zones. Le point de départ a été la construction en 1997 de l’usine de Cuauhtémoc dans l’Etat mexicain de Chihuahua. Située en plein pays des indiens Tarahumaras, dans une zone économiquement dominé par les Mennonites dont les fromageries sont célèbres et la culture des pommiers réputée, cette nouvelle usine est le clone parfait de l’usine de Sainte-Suzanne. Elle produit les plateaux d’attelage qui relient les tracteurs aux remorques pour le marché américain. En février 2014, avec le photographe Michel Brissaud que j’ai embarqué dans l’aventure, nous nous sommes rendus dans l’Etat du Chihuahua pour travailler sur l’histoire de cette usine ainsi que d’une autre usine du groupe, située dans la capitale même de l’Etat, la ville éponyme de Chihuahua - et, pour ceux qui en douteraient, le nom du petit chien vient bien de l’Etat, ce n’est pas le contraire (A suivre).

Mots-clef: , , , ,

Laissez un commentaire

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: