Histoires d'Entreprises

Une histoire pour créer une identité à la suite d’une acquisition - Sodie an VII

By Olivier Boudot

En 2004, la société Sodie est reprise par Secafi-Alpha, un mariage qui a-priori a de quoi étonner : Sodie est spécialisée dans l’accompagnement des salariés sur les anciens territoires industriels confrontés à la fermeture de leurs sites. Anciennement département d’Usinor l’entreprise a pris son autonomie sous l’impulsion de Jacques Périès, tout en restant très suivie… »

Quand les salariés s’approprient l’écriture de leur histoire. An VI - M’Real

By Olivier Boudot
De Sica à M'real

Réalisée à la demande de l’agence de communication Etat d’Esprit (Grégoire Milot), l’histoire de la papeterie M’Real pour ses cinquante ans en 2004, retrace une épopée industrielle florissante – quelques années plus tard la décision du groupe finlandais propriétaire de se désengager du papier lui sera quasiment fatale.
Pour la réalisation de l’ouvrage, l’entreprise choisit d’impliquer… »

An V-VI-VII-VIII - Transmettre la mémoire d’une famille d’entrepreneurs. Les Schiaffino

By Olivier Boudot
Le Marie-Louise Schiaffino

Écrire l’histoire famille Schiaffino revient à suivre la construction du commerce maritime entre l’Algérie et la métropole (France), sur plusieurs siècles. C’est un travail d’historien qui, à partir de documents d’archives, amène à décrypter l’économie d’un secteur méconnu, celui des armateurs maritimes. C’est un secteur passionnant qui, pour échapper à la régulation, construit ses propres… »

AN V-VI-VII -Transmettre la mémoire familiale d’une entreprise - Les Schiaffino

By Olivier Boudot
La dynastie des Schiaffino

Avec Les Schiaffino, une dynastie d’armateurs, “Mémoires d’Hommes, Histoires d’Entreprises” aborde la question de la transmission de la mémoire d’une entreprise familiale.
Henri de Clermont-Tonnerre, gendre de Laurent Schiaffino veut une histoire de la famille Schiaffino depuis l’origine, en centrant bien sûr sur son beau-père, lequel a été le plus important armateur d’Algérie, par ailleurs sauveteur… »

AN III et IV : des causes du déclin industriel français / les ACH

By Olivier Boudot
Salariés des ACH années 1900

Les causes de la chute des Ateliers et Chantiers navals du Havre sont évidemment plurielles. Le facteur humain a son importance : les ACH mourront de manière cruelle, ses ouvriers – chaudronniers, soudeurs, électriciens – longtemps considérés comme l’élite de la construction navale s’avérant soudain “incapables” de se conformer aux exigences imposées l’armateur norvégien Stolt… »

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: