CAN, l’Aventure des travaux sur cordes

Assurément Michel Richard, diplômé de l’ESSEC et des Ponts-et-Chaussées n’est pas fait pour la vie de bureau. Après une ou deux expériences dépitantes il appelle Jean-Jacques Lebouc, un plombier rencontré lors d’un stage d’instructeur de haute montagne. J.J Lebouc a la particularité de nettoyer les descentes de gouttière à la corde à nœuds, réhabilitant  un vieux métier d’autrefois.
Les deux compères font un bout de chemin ensemble puis se séparent : homme des grands espaces, Michel veut travailler en pleine nature.  S’associant à Pascal Rambaud, architecte de talent et passionné d’escalade comme lui, il fonde la Corde à Nœuds, future CAN.
C’est, en 1977, l’invention d’un métier, celui des travaux à la corde en milieu d’accès difficile. Le moufflage d’un rocher tenant à peine sur une vire et menaçant une usine d’une vallée pyrénéenne est un exploit et une réussite. Les medias s’emparent du sujet. “Les hommes grenouilles du vide” sont à l’honneur. Guides, spéléos affluent pour participer à une aventure où chaque sollicitation – descendre le coq du clocher d’une église, conforter la paroi d’une falaise, protéger l’entrée d’un tunnel de montagne des chutes de rocher – nécessite la mise en place d’une solution technique innovante, la construction de nouveaux matériels, etc.
Michel Richard ne se contente pas de créer un métier. Il monte une filière professionnelle tirant vers le haut une profession que l’État se refuse à considérer. Le premier CQP (certificat de qualification professionnelle) du BTP  en 1995 est celui de cordiste !
Sillonnant le monde, l’entrepreneur  pose les jalons d’un  groupe multi-facettes œuvrant autant en eaux profondes, qu’en rivières ou en montagne – partout où la corde offre une solution d’un meilleur rapport qualité/prix à toute autre alternative. Entreprise, travail et plaisir sont indissociables. Pour acheminer du matériel sur l’île de Sainte-Hélène, il faut un bateau ; qu’à cela ne tienne !  Il achète un vieux cargo, embarque l’hélicoptère et le reste, et vogue le navire.
Féru d’escalade, de parapente, de navigation il entame un tour du monde à la voile rencontrant parfois ses interlocuteurs professionnels à l’issue d’une lointaine escale….
En 2017, CAN fête ses quarante ans. Une nouvelle équipe opérationnelle dirigée par Cédric Moscatelli, un homme issu du monde des Travaux publics œuvre aux côtés de Michel pour prendre la relève.
Présent dans toutes les parties du monde et investissant de nouveaux métiers, CAN est un leader et acteur majeur d’une profession appelée à vivre de nombreuses évolutions dans les années à venir.
Magnifiquement illustré par des chantiers étonnants, CAN, l’aventure des Travaux sur Corde, relate les aventures de cette entreprise pionnière, créative, singulière conçue par un homme qui a toute sa vie multiplié défi et su conjuguer passion, défi et entreprise.
Pour réaliser le travail de photogravure, les diapositives ont été nettoyées une à une de leurs scories par Michel Brissaud. Le travail avec les vieux documents, leur recherche font partie du quotidien de la collection.

La une de CAN / © Hugo Pedel

La une de CAN / © Hugo Pedel

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: