D’où je viens (paru en juin 2017) - Une famille… trois histoires

En 1947, Joseph Z. arrive en France avec quelques membres de sa famille après avoir quitté définitivement son pays, la Pologne où des pogroms ont encore lieu après la seconde guerre mondiale. Soldat dans l’armée de Pologne bien que juif, Joseph n’a peur de rien. Il trace sa route, fonde Brother France avec les Japonais et développe ses affaires régnant en patriarche pétri d’humour sur sa famille. Pétillante et infatigable, fille aînée, Maguy, travaillera à ses côtés, avant de devenir magistrate détachée près de la Banque de France, puis médiatrice pour le compte de grandes institutions, telles que le FMI…

… La guerre, Jules L. l’a passée caché dans une ferme à Vic-sur-Cère. Pour ce fils d’immigrants juifs polonais du village de Serock, non loin de Lublin, ce sont des années merveilleuses marquées, entre autres, par le souvenir d’avoir guidé sa mère à travers bois pour porter à manger à son père vivant caché au sommet d’une colline.

Humaniste, Jules deviendra médecin interniste et se dévouera beaucoup à ce métier exigeant…
… En 1962, face à l’afflux de juifs venus d’Algérie, Guedj – totem scout Lynclair – fait appel à Edmonde E. l’un de ses compagnons du Département de la jeunesse d’Education juive du Maroc. Sous la houlette de ce dernier et de son épouse Mady, le centre communautaire de Paris prend son essor. La vie juive à Paris en sortira profondément modifiée sur le plan culturel et religieux.  Edmond et Mady sont nés tous deux dans le mellah de Fès, ayant reçu une éducation française grâce à l’Alliance Israélite Universelle et engagés dans le mouvement scout des Éclaireurs Israélites…

Mady, Edmond, Maguy et Jules sont les grands parents de Sacha qui a fêté sa Bar-Mitzvah en 2017.Ce sont les quatre voix principales.

Entre textes et images, grande et petites histoires, D’où je viens entrecroise récits, recettes, chants et témoignages multiples, ceux d’Élie, le frère d’Edmond, député, concepteur promoteur des programmes d’aide sociale en Israël, de Léo l’architecte qui a fait son alyah et Yolande passeuse d’histoires -  les frère et sœur de Maguy - de Jacques un étonnant scientifique, premier déposeur de brevets en France, le frère de Jules, et bien d’autres…
Sacha, le Bar Mitzvah a mené lui-même une partie de l’enquête en interrogeant ses grands-parents.

Sa mère, Deborah a repris ce vieux proverbe juif et l’a adapté : « On peut donner deux choses à ses enfants : des racines et des ailes »

Abonnement

Pour recevoir les prochains articles par courriel, inscrivez votre adresse puis validez: